samedi, mai 25

Beni : le FONAREV échange avec les victimes de graves violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme

Le fonds National des Réparations des Victimes de Violences Sexuelles liées aux Conflits et des Crimes contre la Paix et la Sécurité de l’Humanité, FONAREV en sigle a réuni ce jeudi 11 avril certaines victimes des atrocités commises suite aux conflits armés et autres.

Ce service de l’État créé par le chef de l’État Congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a plusieurs missions dont les réparations collectives et individuelles de préjudices causés aux victimes des conflits en RDC.

Plusieurs couches ont été conviées à ce cadre d’échange d’idées dont les composantes de la société civile, les autorités sanitaires et les représentants des ONG.

Kakule Pharaon, Représentant des victimes de guerre et de violences sexuelles, dit être satisfait de l’arrivée de l’équipe de FONAREV à Beni car depuis le début des massacres à Beni il n’a jamais eu une structure pareille qui vient vers eux pour savoir les problèmes qu’ils traversent.

« Nous disons d’abord merci car depuis le début des massacres jusqu’aujourd’hui, nous n’avons jamais vu quelqu’un qui a le soucis de se rencontrer avec les victimes. Mais ce que nous voulons et que ça ne soit pas la dernière fois de venir nous voir. Mais aussi comme ils ont la mission de réparer les préjudices que subissent les victimes. Nous avons beaucoup de victimes qui ont besoin du manger, la scolarisation des enfants et la prise en charge médicale », a-t-il déclaré.

De son côté, madame Mamy Bastola du Collectif des Femmes pour le Développement Intégral et la Consolidation de la Paix, a salué l’approche du FONAREV à travers le chef de l’État qui cherche à soulager tant soit peu les victimes de la guerre de la partie Est de la RDC.

« Vraiment nous apprécions leur approche qui est bonne. C’est pour la première fois dans le pays que le chef de l’État initie cette structure car il a songé de venir soulager les victimes dans le cadre de la répartition des préjudices. Le FONAREV s’occupe de la réparation collective qui consiste à initier des projets communautaires tels que la construction des infrastructures. Et la réparation individuelle quant à elle s’occupe à assister individuellement les victimes selon leurs besoins », a-t-elle fait savoir.

Au nom de la société civile Beni ville, Célestin Mbugheki, a dit bienvenue au FONAREV dans cette partie de la province car c’est un ouf de soulagement et que cette structure doit être implantée dans la région de Beni.

« Comme société civile nous disons bienvenue au FONAREV car c’est une structure longtemps sollicitée. Il y a beaucoup de décennies que nous avons beaucoup plaidé pour qu’il y est un service qui doit gérer les victimes de guerre, des atrocités. Pour nous c’est un ouf de soulagement, nous recommandons même que ce service soit présent dans la zone parce que nous sommes dans une zone post conflit où nous avons beaucoup de victimes qui doivent être enregistrées », souligne-t-il.

Le FONAREV a comme missions:

  1. Identifier les victimes ;
  2. Aider les victimes à avoir accès à la justice
  3. Aider les victimes a être indemnisées et à recouvrer les dommages intérêts leurs alloués ;
  4. Aider les victimes à bénéficier gratuitement d’un accompagnement et d’une assistance judiciaire appropriée assurée par les avocats ;
  5. Allouer des réparations aux victimes.

Dodo Mathe

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *