dimanche, novembre 27

Beni : des blessés lors de la répression d’une manifestation des femmes pour réclamer le retour de la paix

Les forces de l’ordre et de sécurité ont réprimé, vendredi 23 avril 2021, une manifestation des femmes en ville de Beni province du Nord-Kivu, à l’est de la RDC. Ces femmes ainsi que d’autres jeunes voulaient se rentre à la base de la Monusco pour exprimer les vœux de voir la mission onusienne quitter le sol congolais, pour «inactivité face à la violence du groupe armé des forces démocratiques alliées (ADF)».

Tout est parti de la mairie le point de départ de cette marche pour le rond-point Nyamwisi, où était prévu la tenue d’un culte en faveur du retour de la paix dans l’Est de la RDC.

Des centaines des femmes vêtues toutes en sacs de couleur blanches, avec des calicots en mains, scandaient des chansons réclamant la paix. Elles ont été accompagnées par d’autres jeunes volontaires pour honorer cette manifestation.

« Nous femmes de Beni on est dans la rue ce jour pour dénoncer l’insécurité qui ne cesse de nous endeuiller dans notre région. Nous voulons que le président Félix Tshisekedi écoute notre cris d’alarme. Qu’il veille au rétablissement de la paix ici à Beni ville et territoire. Nous voulons le voir venir ici à Beni pour s’imprégner de la situation sécuritaire actuelle dans notre région. Nous avons besoin de lui faire part de nos revendications. Nous sommes toujours victime de cette insécurité. Les véhicules et les marchandises sont incendiés sur la route Beni-Kasindi, des civils tués et qui augmente le nombre des veuves et orphelins. Nous sommes en difficulté même de nourrir nos enfants car nous n’avons plus accès à nos champs…», ont expliqué certainnes femmes en gémissant.

Au rond-point Nyamwisi, la tension est restée vive, le culte ne s’est pas déroulé pendant le temps prévu sauf aux fortes agitations du public.

La goutte qui a fait déborder le vase c’est quand certains jeunes ont lapidé des militaires qui étaient sur place, et les militaires ont réagi en tirant plusieurs coups de à balle pour les dissuader les manifestants. À la fin du culte, certaines femmes et jeunes ont décidé de se rendre à la base de la Monusco.

Ils ont été stoppé en cours de route au niveau de la station Jerysson, par les militaires Fardc et les policiers qui tiraient des balles réelles et des bombes lacrymogènes.

La police evacuait aussi des pneus brûlés, des pierres et morceaux des bois jettés par les manifestants sur le macadam. On signale quelques blessés par balles sans compter ceux blessés lors de la fuite.

Depuis environs deux semaines, les activités sont paralysées et des manifestations spontanées se déroulent dans la ville de Beni et dans certaines agglomérations du territoire de Beni.

Delphin Mupanda

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *