dimanche, mars 3

Agression Rwandaise en RDC : le collectif des victimes accorde 48 heures aux forces de l’EAC pour quitter le pays

Le Collectif des Victimes de l’Agression Rwandaise (CVAR), une organisation non gouvernementale ayant son siège à Goma, capitale du Nord-Kivu exige le départ immédiat des contingents de la force régionale de la Communauté des Pays de l’Est de l’Afrique déployés dans la partie Est de la RDC pour aider le gouvernement Congolais à mettre fin à la guerre d’agression lui imposée par le Rwanda à travers la rébellion du M23.

Ce collectif des victimes accuse cette force régionale d’entretenir une compromission et une collaboration avec les rebelles du M23 contrairement à la mission pour laquelle elle a été amenée au pays.

Dans un communiqué de presse y relatif rendu public vendredi 13 octobre 2023, le CVAR accorde un délai de 48h à cette force régionale faute de quoi elle envisage user des actions civiques et constitutionnelles notamment des manifestations dans la rue pour se faire entendre.

Cette organisation non gouvernementale alerte par ailleurs l’opinion nationale et internationale suite aux massacres continus de la population de la part de ces rebelles sous le regard silencieux des contingents de l’EAC composés des forces armées de Ouganda, le Kenyan, la Tanzanie et le Sud Soudan.

Au niveau du gouvernement Congolais tout comme au sein de la population civile, la mission de la force de l’EAC est critiquée. Déçu par son apport dans le rétablissement de la paix dans la petit Nord de la province du Nord-Kivu, le gouvernement Congolais a aussi clairement exprimé son souhait de mettre fin à la collaboration avec cette force régionale que nombreux qualifient de complices avec les agresseurs.

Lire intégralement le communiqué de Presse

Serge Mulimani depuis kasindi

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *