vendredi, avril 12

Accord UE-Rwanda : le gouvernement Congolais attend des autorités de l’UE une clarification de ce comportement « ambigu »

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo à travers Christophe Lutundula, ministre des affaires étrangères et Francophonie attend des autorités de l’Union Européenne une clarification de ce comportement ambigu alors qu’elles ne cessent
d’affirmer leur volonté de contribuer à la fin de la crise sécuritaire à l’Est du Congo ainsi
que de l’exploitation illicite de ses richesses naturelles, et de renforcer la coopération de l’Union avec elle.

La République Démocratique du Congo a appris la signature, le mardi 20 février 2024 à Bruxelles, d’un Protocole d’entente sur les chaînes de valeur durables pour les matières premières critiques et stratégiques entre l’Union Européenne et la République du Rwanda représentées respectivement par Madame Jutta Erpilainen, Commissaire européenne aux partenariats internationaux, et Monsieur Vincent Biruta, Ministre Rwandais des Affaires Etrangères.

« Tout en reconnaissant la souveraineté des parties signataires, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo dénonce ce Protocole qui, à l’évidence, encourage le
pillage des ressources naturelles Congolaises par le Rwanda et contrarie les engagements de
l’Union Européenne notamment au point 26 du Communiqué conjoint de la 2ème session du dialogue politique RDC-UE tenu à Kinshasa les 5 et 6 octobre 2020, engagements
notamment de tirer profit de la mise en œuvre du règlement européen sur les minerais de conflit (3T et or) et les autres dispositions pertinentes, dont celles mentionnées par le Dodd-Franck Act, pour renforcer la lutte contre l’exploitation illégale des minerais originaires de
la RDC,… En effet, le sous-sol Rwandais ne regorge pas de minerais critiques et stratégiques recherchés actuellement dans le monde (coltan, cobalt, lithium, niobium…)
», indique Christophe Lutundula.

La personne ressource renseigne que, les enquêtes du Parlement Congolais, des groupes d’experts de l’ONU et des organisations
non gouvernementales nationales et internationales ont établi qu’à travers de multiples
réseaux mafieux et des sociétés-écrans montées par ses dirigeants, le Rwanda tire ces
minerais et autres matières premières stratégiques de la République Démocratique du Congo qui en regorge en abondance.

Dès lors, s’arranger avec le Rwanda pour développer « les chaînes de valeur durable pour les matières premières critiques et stratégiques » qu’il ne possède pas, ne peut avoir pour
conséquence que d’accentuer l’exploitation illicite des richesses naturelles du Congo par le Rwanda dont la prospérité est fondée sur cette activité criminelle et de lui donner davantage les moyens d’agresser la République Démocratique du Congo.

Le Gouvernement Congolais considère, par conséquent, la signature du Protocole en cause, intervenue, du reste, peu de temps après la déclaration à Kigali du Chef de l’Etat de la
Pologne, pays membre de l’U.E, de fournir au Rwanda des armes « en cas d’attaque extérieure », comme un acte très inamical qui n’est pas de nature à favoriser la confiance
mutuelle entre la RDC et l’Union Européenne.

Dodo Mathe

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *