dimanche, novembre 27

Ituri : les forces vives outillées sur le droit international humanitaire par le CICR

Plusieurs organisations de la société civile forces vives de l’Ituri se sont retrouvées ensemble pour une nouvelle matière sur le droit international humanitaire vendredi 18 novembre 2022 à l’hôtel Le Tsuba ancien Musco, ville de Bunia, chef lieu de la province de l’Ituri.

Durant plus de deux heures d’exposés sur les rôles, missions, principes et le droit international humanitaire, Maître Jean-Marie Ezadri, premier vice coordonnateur de la société civile a jeté des bouquets des fleurs au Comité International de la Croix Rouge (CICR) vu la proximité de sensibilisation de ses membres face aux différents points qu’a bordé l’orateur du jour.

Cette formation ne fait pas de nous des secouristes mais d’avoir des notions précises et des informations claires qui lient les groupes armés et l’armée nationale. Et nous sommes suffisamment informés et formés par rapport à la notion de droit humanitaire, pour nous permettre de porter aussi à la connaissance de ceux qui ne sont pas proches qui œuvrent dans le secteur de la rébellion afin de respecter les grands principes de droit humanitaire international reconnus par les accords dans le monde, » a dit Me Jean-Marie Ezadri.

Et d’ajouter : “Tout groupe armé doit savoir qu’il est interdit de détruire les infrastructures de base, le cas des territoires de Djugu et d’Irumu où les écoles, les hôpitaux, les églises sont les cibles des groupes armés. Ces règles sont interdites pour tout groupe armé.”

Rappelons que le CICR Ituri continue à multiplier ces genres de sensibilisation dans les différentes couches pour les faire comprendre les mandat, mission et rôle du CICR dans cette province sous état de siège où plusieurs groupes armés pullulent.

Léon Mungwana

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *