vendredi, septembre 24

Sud-Kivu : la societé civile dénonce un déracinement et épuration ethnique contre les Banyamulenge sous Tshisekedi

Plusieurs villages Banyamulenge ont été secoués par les violences meurtrières qui ont occasionné mort d’hommes et abandons des maisons depuis les hostilités deplorées au mois de mai 2019 dont jusqu’à présent rien de rassurant n’est rapporté sur le terrain.

Pendant les destructions systématiques, un silence profond s’observe dans le camps des dirigeants à différents niveaux déplore Olivier Mahirwe qui appelle à la solidarité nationale et internationale en faveur du peuple Banyamulenge.

Il a dressé un chapelet de propositions en faveur d’une paix durable dans les zones les plus affectées de la province du Sud-Kivu telles que Kamanyola,Minembwe, Bibogobogo, Rurambo, Bijumba, Mikenge, Murambya, Bijombo, Kamombo, Bijumba et environs.

Une identification des tireurs des ficelles doit être faite par le gouvernement congolais qui doit imposer un climat de paix dans la région pour faire échec à l’éventuel plan louche dans cette partie de la province du Sud-Kivu.

L’état congolais appelé a promouvoir l’égalité des toutes les communautés devant la loi et une particularité sur la protection spécifique des minorités persécutées ajoute la societé civile du Sud-Kivu.

Rédaction

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *