jeudi, août 11

Beni : crise au sein des forces vives à quelques jours des élections des animateurs de la société civile de Basongora

Les violons ne s’accordent pas entre le président sortant des forces vives de Basongora, le président des forces vives de Ruwenzori et la notabilité de Basongora à quelques jours des élections de nouveaux animateurs des forces vives de Basongora.

Si l’un dénonce une ingérence dans ce qu’il qualifie une organisation locale, les autres cependant dénoncent une dérive vis-à-vis de la charte de la société civile.

Kapepya Ngali Zèbre dont le mandat à la tête de la société civile de Basongora a expiré en principe ce 30 novembre 202, après 10 ans de règne souhaite qu’il organise lui-même les élections des nouveaux animateurs et présente son dauphin afin de pérenniser sa vision au sein de la société civile. Mais les notables locaux à Kasindi et le comité des forces vives de Ruwenzori ne souhaitent pas lui offrir ce privilège.

Les premiers à contester son plan, ce sont des gens qui se réclament de la notabilité locale. La semaine dernière, ils ont écrit un mémo réclamant l’organisation des élections des animateurs de la société civile conformément à la charte de la société civile, excluant donc la participation de Zebra Kapepya Ngali dans l’organisation de ces élections.

Kapepya Ngali Zebra avait aussitôt réagi en déplorant ce qu’il avait qualifié d’ingérence politicienne. Pour lui, il lui revient le droit d’organiser ces élections, en tout pouvoir, sans immixtion ni des politiciens ni du noyau de la société civile du secteur Ruwenzori dont il dépend pourtant.

C’est dans cette optique qu’il a même annoncé aux médias locaux son projet de rendre autonome le sous noyau de Basongora, une façon pour lui de le faire dépendre directement de la coordination territoriale à Oicha, et non donc dépende de Mutwanga, chef lieu du secteur de Ruwenzori afin de jouir de cette autonomie.

Arrivé à Kasindi le dimanche dernier au milieu de cette crise, Ricardo Rupande, président des forces vives de Ruwenzori a été obligé de repousser cet exercice démocratique en date du 04 décembre prochain. Il s’était concerté avec certaines composantes de la société civile, à l’absence de celles acquises au camp Kapepya.
Interrogé sur le projet de Kapepya Ngali, Ricardo Rupande ne s’y est pas opposé, mais il a insisté cependant que cette procédure ne devrait pas être un prétexte pour la non tenue des élections ce 04 décembre.

Pour lui, les élections doivent se tenir conformément à la charte de la société civile congolaise. Si ceux qui seront élus marieront cette idée, ils pourront amorcer cette procédure, a-t-il répliqué.

A l’allure où vont les choses, il est pour l’heure difficile de deviner à quoi ressembleront ces élections, au regard des troubles qui ont souvent caractérisé les élections des animateurs des forces vives de Basongora.

Serge Mulimani

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.